Passer au contenu principal
Actualités

Comprendre l’Acadie au-delà de ses frontières

Le professeur Clint Bruce s’emploie à documenter certains volets de l’histoire du peuple acadien grâce au prisme de sa diaspora.

par PASCALE CASTONGUAY | 09 AOÛT 18

Que ce soit par la portée de ses recherches, l’offre de bourses d’études ou l’engagement envers la communauté de la baie Sainte-Marie, en Nouvelle-Écosse, la Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et transnationales (CRÉAcT) et son titulaire Clint Bruce, professeur à l’Université Sainte-Anne, ne passent pas inaperçus. Un peu plus de deux ans après le début des activités de la CRÉAcT, les nombreuses initiatives du chercheur viendraient à bout des arguments de quiconque voudrait lui reprocher de s’isoler dans une tour d’ivoire.

Originaire de la Louisiane, M. Bruce a été rapidement exposé au fait français. Il s’est plus particulièrement intéressé aux réalités acadiennes à l’âge de 18 ans alors qu’il faisait un stage universitaire en Acadie. Il a notamment passé une année à l’Université de Moncton grâce à une bourse Fulbright du gouvernement des États-Unis.

Si ses champs d’intérêt se marient bien à l’objectif de la CRÉAcT, soit d’étudier « l’évolution des liens transnationaux et translocaux entre les communautés de la diaspora acadienne », il souligne que la chaire est taillée sur mesure pour Sainte-Anne. « Ce n’est pas nécessairement un programme de recherche que j’aurais mené ailleurs. »

Clint Bruce est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et transnationales (CRÉAcT). Photo de l’Université Sainte-Anne.

En ce moment, il concentre ses recherches sur une question encore sensible pour bien des gens. Sujet très lié à des débats contemporains, tels que la reconnaissance des torts qui ont eu lieu, et qui s’inscrit notamment dans les mouvements sur la justice raciale aux États-Unis et la réconciliation avec les Autochtones au Canada, M. Bruce s’est intéressé à l’esclavagisme par les Acadiens en Louisiane pendant les XVIIIe et XIXe siècles.

Quand il a commencé à travailler sur ce sujet, il s’est rapidement rendu compte qu’en général, les Canadiens méconnaissent ce pan de l’histoire. « Il y a vraiment un décalage. On n’est pas nécessairement prêt à sauter dans la piscine du contemporain parce qu’on n’a pas vraiment rempli la piscine, il y manque des éléments de base pour la conversation que j’aimerais avoir », illustre-t-il.

Communément perçue comme étant belle et simple, il estime que l’histoire acadienne est celle d’un peuple opprimé qui a subi une injustice et qui s’est ensuite implanté dans d’autres régions avant de renaître de ses cendres en Louisiane, et ce, « en se servant d’un bois d’allumage qui était l’esclavage des Noirs, et ça, c’est indéniable ». Simplifiée à son tour, la culture louisianaise exportée à travers le monde est souvent dénuée de ses subtilités. « La culture cadienne n’est pas issue d’une implantation acadienne qui s’est développée en autarcie, c’est vraiment la résultante d’un contact surtout avec des Africains et des descendants d’Africains », explique M. Bruce.

Même s’il est conscient qu’il vient ajouter une épaisseur à l’histoire unidimensionnelle qu’ont apprise la plupart des Acadiens, il se dit encouragé par la réaction de ceux-ci face à ses recherches. « Il y a vraiment une réceptivité incroyable. » Ce dernier se réjouit d’ailleurs de voir l’intérêt que porte ses étudiants et assistants de recherche à ce volet du passé acadien.

Plein de projets et ayant remarqué que les contacts entre Acadiens et Louisianais se multiplient et se banalisent depuis l’arrivée des médias sociaux, M. Bruce a bien l’intention de se pencher sur la question dans le cadre d’une étude. Il explore également l’apport des jumelages entre villes louisianaises et acadiennes, et il conduit une enquête ethnographique sur les Acadiens qui cuisinent des plats louisianais, un phénomène assez répandu dans cette région de la Nouvelle-Écosse. « Ils se sont approprié cette cuisine. Il y a même des recettes qui se transmettent ici entre générations. »

Nouvellement opérationnel, le centre de recherche qu’est l’Observatoire Nord/Sud risque de rapidement devenir la plaque tournante des activités de recherche de M. Bruce. Rénové au cours des derniers mois, cet espace est maintenant fin prêt pour son inauguration officielle prévue à l’automne. La preuve, lors de l’entrevue, c’est avec enthousiasme qu’il a répondu au téléphone en lançant pour la toute première fois « Observatoire Nord/Sud».

En plus de ses responsabilités à l’Université Sainte-Anne, en janvier dernier, M. Bruce a été nommé chercheur associé à l’Institut L. R. Wilson d’histoire canadienne de l’Université McMaster. Celui qui considère que « c’est un honneur » d’être appelé à contribuer à l’institut dirigé par l’historien Ian McKay profitera de son mandat de trois ans pour « mettre sur pied une initiative pour examiner l’état de l’Acadie en contexte mondial ». Développé en collaboration avec un autre chercheur associé de l’Institut, ce projet devrait rassembler une vingtaine de chercheurs en études acadiennes. « L’Institut est un levier pour ce projet en genèse. »

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine ou ailleurs.

Your email address will not be published. Required fields are marked *