Passer au contenu principal
Actualités

Coup d’œil sur les lauréats des Prix du Gouverneur général pour l’innovation en 2018

Le chercheur sur le virus Ebola Gary Kobinger, une équipe de recherche de 20 ans et un pionnier des technologies d’assistance font partie des récipiendaires.

par UA/AU | 23 MAI 18

Les lauréats des Prix du Gouverneur général pour l’innovation en 2018, qui sont remis à des personnes, des équipes ou des organismes à l’origine d’innovations qui « suscitent une transformation et ont une incidence positive sur la qualité de vie au Canada », ont été annoncés le 14 mai dernier. Quatre des six récipiendaires ont des liens avec une université.

Tom Chau. Toutes les photos proviennent des Prix du Gouverneur général pour l’innovation.

Tom Chau est vice-président de la recherche à l’Hôpital de réadaptation pour enfants Holland Bloorview, directeur de l’Institut de recherche Bloorview et professeur à l’Institut des biomatériaux et du génie biomédical à l’Université de Toronto. Ses travaux de recherche portent sur les nouvelles avenues en matière d’accessibilité pour les enfants et les jeunes ayant des incapacités physiques graves. En collaboration avec une équipe multidisciplinaire, M. Chau a utilisé de nouvelles méthodes reposant sur le génie électrique et l’apprentissage machine pour créer une série de technologies d’assistance personnalisées révolutionnaires permettant de donner la parole à ceux qui ne peuvent s’exprimer. Il a publié plus de 190 articles scientifiques de référence et détient cinq brevets.

Kamran Khan.

Kamran Khan est médecin praticien spécialiste des maladies infectieuses à l’Institut du savoir Li Ka Shing de l’Hôpital St. Michael’s à Toronto, et professeur agrégé à la Faculté de médecine ainsi qu’à l’École de santé publique Dalla Lana de l’Université de Toronto. Ses champs de recherche comprennent les migrations humaines, le transport aérien international et la mondialisation des maladies infectieuses émergentes et réémergentes. En 2013, M. Khan a fondé BlueDot, une entreprise qui utilise des systèmes d’information géographique, le traitement du langage naturel et l’intelligence artificielle pour prédire la transmission de la grippe à l’échelle mondiale et suivre la propagation de récentes épidémies virales, dont celles du virus Ebola et du virus Zika.

Xiangguo Qiu et Gary Kobinger.

Gary Kobinger est professeur au département de microbiologie-infectiologie et d’immunologie et directeur du Centre de recherche en infectiologie de l’Université Laval. Ses travaux de recherche portent sur le développement et la mise à l’essai de nouvelles plateformes vaccinales et d’immunothérapies pour contrer les virus émergents et réémergents ayant de fortes répercussions sur la santé publique. M. Kobinger a reçu le prix conjointement avec Xiangguo Qiu, qui dirige la section de développement de vaccins et de thérapies antivirales du Programme des pathogènes spéciaux au Laboratoire national de microbiologie de l’Agence de la santé publique du Canada à Winnipeg. En faisant appel à des technologies de pointe qui allaient à contre-courant de l’opinion scientifique prédominante, M. Kobinger et Mme Qiu ont créé ZMapp pour traiter les patients atteints du virus Ebola. Ses premières applications chez les humains ont permis d’obtenir le rétablissement complet de deux missionnaires médicaux et de 25 premiers intervenants et résidents durant l’épidémie d’Ebola de 2014 au Libéria. Depuis ce temps, ZMapp sert de modèle pour les études sur l’efficacité des thérapies par anticorps monoclonaux pour lutter contre d’autres pathogènes infectieux comme le VIH, le virus Lassa et le virus Marburg.

Sean Connors, Kathleen Hodgkinson, Terry-Lynn Young et Daryl Pullman.

Finalement, une équipe formée des chercheurs Terry-Lynn Young, Sean Connors, Kathleen Hodgkinson et Daryl Pullman de l’Université Memorial a été reconnue pour avoir identifié une mutation génétique létale ayant causé des morts subites d’origine cardiaque au sein de 25 familles de Terre-Neuve-et-Labrador. L’équipe multidisciplinaire a non seulement découvert le gène pathogène, mais elle a aussi piloté des recherches pour concevoir des méthodes de dépistage et des traitements préventifs permettant de sauver des vies. Les médecins du monde entier disposent maintenant de l’information nécessaire pour traiter, à partir d’un simple test de mutation, des centaines de porteurs de ce gène à l’aide d’un défibrillateur cardioverteur implantable, ce qui allonge notablement l’espérance de vie des personnes touchées.

Les Prix seront remis par la gouverneure générale Julie Payette le 23 mai lors d’une cérémonie à Rideau Hall, à Ottawa. La liste complète des lauréats se trouve sur le site Web des Prix du Gouverneur général pour l’innovation.

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine ou ailleurs.

Your email address will not be published.