Passer au contenu principal
ACTUALITÉS

Les universités canadiennes s’engagent à faire progresser l’équité, la diversité et l’inclusion

Les membres d’Universités Canada ont voté en faveur de l’adoption de sept principes d’excellence en matière d’inclusion et de la mise en œuvre d’un plan d’action qui s’échelonnera de 2017 à 2022.

par ANQI SHEN | 27 OCT 17

Lors de la réunion des membres d’Universités Canada en octobre, les membres ont approuvé une série de principes visant à faire progresser la diversité, l’équité et l’inclusion sur leurs campus, et se sont aussi engagés à mettre en œuvre un plan d’action quinquennal qui permettra de mesurer les progrès et les résultats

« C’est l’union de plusieurs éléments qui nous a conduits à entreprendre cette démarche », a déclaré Mike Mahon, recteur et vice-chancelier de la University of Lethbridge, élu président du conseil d’administration d’Universités Canada à la réunion du 25 octobre dernier. En plus des nombreuses discussions tenues ces dernières années dans le milieu universitaire au sujet de l’importance de l’inclusion, « le contexte actuel s’y prête – la détermination du gouvernement fédéral à respecter les principes d’inclusion, de diversité et d’équité », poursuit-il, et a donné lieu à la mise en place de mesures visant à accroître le respect de ces principes, entre autres au sein du Programme des chaires de recherche du Canada.

« Nous devons nous sentir interpellés à faire mieux pour recruter et retenir les membres de diverses communautés, explique M. Mahon, précisant que le corps professoral et le personnel devrait refléter la diversité de la population étudiante. Parallèlement, dans le domaine de la recherche, nous devons nous remettre en question au sujet de certaines de nos pratiques – en ce qui concerne par exemple l’évaluation par les pairs, la composition des comités d’évaluation – et voir à ce qu’une diversité de points de vue soit prise en compte. »

Dans le cadre du plan d’action qui s’échelonnera de 2017 à 2022, Universités Canada effectuera régulièrement un sondage auprès des établissements membres afin de recueillir des données et de les transmettre dans le but d’orienter l’élaboration de pratiques exemplaires. L’organisation nationale a aussi l’intention de « promouvoir les investissements dans l’éducation de la maternelle à la 12e année, l’aide financière aux étudiants, la mobilité et les possibilités d’apprentissage intégré au travail, les bourses d’études, les bourses de recherche, ainsi que les programmes ».

Voici les sept principes d’excellence en matière d’inclusion à l’égard desquels les membres se sont engagés :

  1. Nous croyons que la diversité et l’inclusion enrichissent nos universités. À titre de chefs d’établissements qui aspirent à la diversité, à l’équité et à l’ouverture, nous nous investissons personnellement et expressément en faveur de la diversité et de l’inclusion.
  2. Nos établissements s’engagent à élaborer ou à maintenir un plan d’action en matière d’équité, de diversité et d’inclusion en consultation avec les étudiants, les professeurs, le personnel et les administrateurs, et en particulier avec les personnes appartenant aux groupes sous-représentés. Nous nous engageons à rendre compte des progrès réalisés au fil du temps.
  3. Nous nous engageons à prendre des mesures pour favoriser l’égalité des chances en matière d’éducation. Pour y parvenir, nous devons cerner et éliminer les obstacles au recrutement et au maintien des hauts dirigeants universitaires, des membres des conseils d’administration et des sénats universitaires, ainsi que des professeurs, du personnel et des étudiants – en particulier les personnes appartenant aux groupes sous-représentés, et fournir du soutien.
  4. De concert avec nos professeurs, notre personnel, les agences de recrutement et nos conseils d’administration, nous veillerons à ce que les candidats de tous les horizons reçoivent le soutien nécessaire dans leur parcours professionnel et puissent accéder à des postes de direction au sein de nos établissements.
  5. Nous chercherons les moyens d’intégrer l’excellence en matière d’inclusion dans l’enseignement, la recherche, la gouvernance universitaires ainsi que dans le service à la collectivité. Nous voulons ainsi sensibiliser les professeurs, les étudiants, le personnel, et les membres des conseils d’administration et des sénats, et les inciter à poursuivre leurs efforts.
  6. Nos efforts reposeront sur des données probantes, y compris des mesures éprouvées pour lever les obstacles pouvant entraver l’avancement des membres des groupes sous-représentés. Nous nous engageons à partager les pratiques exemplaires du Canada et d’ailleurs avec l’ensemble des établissements d’enseignement supérieur.
  7. Par l’entremise d’Universités Canada, notre organisation mutuelle nationale, nous nous emploierons à mieux faire comprendre l’importance de l’excellence en matière de diversité et d’inclusion dans le milieu universitaire canadien.

Ces principes, bien que non contraignants, se veulent un guide pouvant être adapté aux besoins individuels des établissements. Dans le même ordre d’idées, en juin 2015, les universités canadiennes ont adopté une série de principes en matière d’éducation des Autochtones afin de réduire l’écart et d’accroître les possibilités offertes aux étudiants autochtones.

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine, ou ailleurs.

Your email address will not be published. Required fields are marked *

« »
--ph--