Passer au contenu principal
Actualités

Tragédie en Iran : moment de silence national à travers les universités canadiennes

Au même moment mercredi, des universités à travers le pays rendront hommage à ceux qui ont perdu la vie à bord du vol 752 la semaine dernière.

par NATALIE SAMSON | 14 JAN 20

Une semaine après l’écrasement d’avion près de Téhéran, en Iran, qui a dévasté la communauté universitaire canadienne, plusieurs universités du pays prendront part à un moment de silence national. L’évènement en mémoire aux victimes qui se trouvaient à bord du vol 752 d’Ukraine International Airlines commencera à 13 h (HNE) le mercredi 15 janvier.

L’effort est coordonné par Universités Canada (éditeur d’Affaires universitaires). Dans un message envoyé aux établissements membres lundi matin, le président d’Universités Canada, Paul Davidson, a expliqué que le geste est l’occasion de « de permettre aux personnes du milieu universitaire et de l’extérieur de vivre un moment de recueillement national en reconnaissance de la tragédie sans précédent qui frappe le milieu universitaire ».

On estime que 46 étudiants, professeurs et chercheurs de 19 universités canadiennes figuraient parmi les 176 passagers tués le mercredi 8 janvier. Ils se trouvaient à bord de l’avion abattu par un missile iranien quelques minutes seulement après son décollage de l’aéroport international de Téhéran.

Au cours de la semaine qui a suivi la tragédie, des universités de tout le pays ont organisé des évènements à la mémoire des victimes, notamment une cérémonie, en présence du premier ministre Justin Trudeau, à l’Université de l’Alberta qui a perdu 10 membres de sa communauté; deux professeurs, cinq étudiants de cycles supérieurs, un étudiant de premier cycle et deux récents diplômés.

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine ou ailleurs.

Your email address will not be published. Required fields are marked *